Offres technologiques

smart TV

Le doute sur la signification de toutes ces lettres est naturel lors de l'achat d'un nouveau téléviseur. Les modèles de Smart TV ont différentes configurations, avec des écrans LED, LCD, OLED, QLED et MicroLED et vous devrez choisir quelle est la meilleure option.

En plus du prix, il est utile de comprendre comment chaque technologie d'affichage fonctionne sur votre téléviseur.

Bref, comprenez les différences entre les modèles d'écran, leurs avantages et quels sont les principaux problèmes que vous pourriez rencontrer si vous décidez d'en acheter un.

Différences entre les technologies d'affichage

Il existe actuellement de nombreux panneaux pour Smart TV, chacun avec ses propres fonctionnalités et technologies. Ici, nous vous montrons chacun afin que vous sachiez lequel vous convient le mieux.

LCD

La technologie LCD (Liquid Crystal Display) donne vie aux écrans dits à cristaux liquides. Ils ont un panneau de verre mince avec des cristaux contrôlés électriquement à l'intérieur, entre deux feuilles transparentes (qui sont les filtres polarisants).

Ce panneau à cristaux liquides est rétro-éclairé par une lampe CCFL (fluorescente). Le rétroéclairage blanc illumine les cellules de couleurs primaires (vert, rouge et bleu, le fameux RVB) et c'est ce qui forme les images en couleur que vous voyez.

L'intensité du courant électrique que reçoit chaque cristal définit son orientation, ce qui laisse passer plus ou moins de lumière à travers le filtre formé par les trois sous-pixels.

Dans ce processus, les transistors entrent en jeu sur une sorte de film, dont le nom est Thin Film Transistor (TFT). C'est pourquoi il est courant de voir des modèles LCD/TFT. Cependant, l'acronyme ne fait pas référence à un autre type d'écran LCD, mais à un composant commun des écrans LCD.

L'écran LCD souffre essentiellement de deux problèmes : 1) il y a des millions de combinaisons de couleurs et l'écran LCD n'est parfois pas si fidèle ; 2) le noir n'est jamais très vrai, car le verre doit bloquer toute la lumière pour former une tache sombre à 100 %, seule la technologie ne peut pas le faire avec précision, ce qui donne des "noirs gris" ou des noirs plus clairs.

Sur les écrans LCD TFT, il est également possible d'avoir des problèmes avec l'angle de vision si vous n'êtes pas à 100% face à l'écran. Ce n'est pas un problème inhérent au LCD, mais au TFT et aux téléviseurs LCD avec IPS, comme ceux de LG, nous avons des angles de vision larges.

LED

La LED (Light Emitting Diode) est une diode électroluminescente. En d'autres termes, les téléviseurs à écran LED ne sont rien de plus que des téléviseurs dont l'écran LCD (qui peut ou non être IPS) a un rétroéclairage qui utilise des diodes électroluminescentes.

Son principal avantage est qu'il consomme moins d'énergie qu'une dalle LCD traditionnelle. Ainsi, la LED fonctionne de manière similaire à l'écran LCD, mais la lumière utilisée est différente, avec des diodes électroluminescentes pour l'affichage à cristaux liquides. Au lieu que tout l'écran reçoive de la lumière, les points sont éclairés séparément, ce qui améliore la définition, les couleurs et le contraste.

Veuillez noter : 1) Le téléviseur LCD utilise des lampes fluorescentes à cathode froide (CCFL) pour éclairer tout le bas du panneau ; 2) tandis que la LED (un type d'écran LCD) utilise une série de diodes électroluminescentes (LED) plus petites et plus efficaces pour éclairer ce panneau.

OLED

Il est courant d'entendre dire que l'OLED (Organic Light-Emitting Diode) est une évolution de la LED (Light Emitting Diode), car c'est une diode organique, le matériau change.

Les OLED, grâce à cette technologie, n'utilisent pas de rétroéclairage général pour tous leurs pixels, qui s'allument individuellement lorsqu'un courant électrique traverse chacun d'eux. C'est-à-dire que les panneaux OLED ont leur propre flux lumineux, sans rétroéclairage.

Les avantages sont des couleurs, une luminosité et un contraste plus vifs. Comme chaque pixel a une autonomie dans l'émission de lumière, lorsque vient le temps de reproduire la couleur noire, il suffit d'éteindre l'éclairage, ce qui garantit des "noirs plus noirs" et une plus grande efficacité énergétique. En supprimant le panneau lumineux global, les écrans OLED sont souvent plus fins et plus souples.

Ses deux problèmes : 1) le prix élevé, compte tenu du coût de production plus élevé de l'écran OLED par rapport à un LED ou un LCD traditionnel ; 2) Le téléviseur a une durée de vie plus courte.

Samsung, par exemple, critique l'utilisation des écrans OLED dans les téléviseurs et la juge plus adaptée aux smartphones (qui changent plus rapidement) en privilégiant les écrans QLED. Ceux qui utilisent la technologie OLED dans les téléviseurs sont LG, Sony et Panasonic.

QLED

Enfin, nous arrivons aux téléviseurs QLED (ou QD-LED, Quantum Dot Emitting Diodes), une autre amélioration du LCD, tout comme la LED. C'est ce qu'on appelle un écran à points quantiques : des particules semi-conductrices extrêmement petites, dont les dimensions ne dépassent pas le nanomètre de diamètre. Ce n'est pas aussi nouveau que le MicroLED, par exemple. Sa première application commerciale remonte à la mi-2013.

Le principal concurrent d'OLED, QLED, a également besoin d'une source lumineuse. Ce sont ces minuscules cristaux qui reçoivent de l'énergie et émettent des fréquences lumineuses pour créer l'image sur l'écran, reproduisant une énorme variation de couleurs dans des environnements plus ou moins éclairés.

Sony (Triluminos) a été l'un des pionniers dans la production de téléviseurs à points quantiques, LG (qui défend l'OLED) possède également des écrans dotés de cette technologie. Au Brésil, cependant, il est plus courant de trouver une grande variété de téléviseurs Samsung avec un écran QLED.

LG et Samsung se battent pour attirer l'attention des consommateurs. Le premier sud-coréen, LG, défend : 1) les tons noirs les plus précis et la plus faible consommation électrique de l'OLED. L'autre sud-coréen, Samsung, se défend : 2) QLED affiche des couleurs plus vives et lumineuses et des écrans insensibles à "l'effet brûlé" (de plus en plus rare dans les téléviseurs).

Malgré les tons noirs plus sombres, OLED peut toujours laisser des marques sur les utilisateurs d'écrans lourds et les images statiques, telles que les joueurs de jeux vidéo au fil des ans. D'autre part, les QLED peuvent présenter des "noirs gris".

Le problème se produit surtout dans les téléviseurs les plus simples (lire bon marché). Les écrans plus chers (tels que le Q9FN) offrent des technologies supplémentaires telles que la gradation locale, qui améliore les performances de luminance sur les écrans en contrôlant le rétroéclairage pour afficher des noirs "assez noirs". Ce qui rend difficile de les différencier d'un OLED.

MicroLED

La dernière promesse est MicroLED. La nouvelle technologie promet de réunir le meilleur du LCD et de l'OLED, rassemblant des millions de LED microscopiques capables d'émettre leur propre lumière. Par rapport à l'écran LCD, l'efficacité énergétique et le contraste sont meilleurs, et en outre, il peut produire plus de luminosité et avoir une durée de vie plus longue que l'OLED.

En utilisant une couche inorganique (par opposition aux LED organiques, qui durent moins longtemps) et des LED plus petites, les microLED, par rapport aux OLED, peuvent : 1) être plus lumineuses et durer plus longtemps ; 2) être moins susceptible de brûler ou de s'émousser.

Ecrans TFT LCD, IPS et TN : les différences

Il y a toujours confusion lorsque le sujet est l'écran, AMOLED ou LCD. Et, se concentrant principalement sur l'écran LCD, il existe plusieurs technologies intégrées, telles que TFT, IPS ou TN. Que signifie chacun de ces acronymes ? Et en pratique, quelle est la différence ? Cet article explique, de manière simplifiée, à quoi servent ces technologies.

Toute cette confusion se produit, je crois, pour des raisons marketing et historiques. Dans les spécifications techniques, les fabricants mettent généralement (ce n'est pas une règle) en évidence l'acronyme IPS dans les appareils qui ont ces panneaux.

A titre d'exemples : LG, qui mise beaucoup sur la technologie (contrairement à Samsung, porté sur l'AMOLED), met même des tampons mettant en avant la dalle IPS sur les smartphones. De plus, les moniteurs les plus sophistiqués, tels que Dell UltraSharp et Apple Thunderbolt Display, sont IPS.

D'autre part, les smartphones les moins chers ont toujours été (et sont toujours) lancés avec des écrans dits TFT. Sony avait l'habitude d'adopter des écrans annoncés comme "TFT" dans ses smartphones haut de gamme jusqu'au Xperia Z1, qui avait un écran de mauvaise qualité avec un angle de vision très limité par rapport à ses concurrents.

Par coïncidence, lorsque le Xperia Z2 est arrivé, il était annoncé comme "IPS" et il n'y avait pas de critique plus sévère des écrans des smartphones les plus chers de Sony. Alors viens avec moi.

Qu'est-ce qu'un écran LCD TFT ?

Tout d'abord, la définition du dictionnaire : TFT LCD signifie Thin Film Transistor Liquid Crystal Display. En anglais, je traduirais ce terme étrange par quelque chose comme "écran à cristaux liquides à base de transistors à couches minces". Cela ne dit toujours pas grand-chose, alors clarifions les choses.

LCD que vous connaissez déjà bien, même si vous ne savez pas comment il fonctionne. Il s'agit de la technologie la plus probablement utilisée par votre moniteur de bureau ou d'ordinateur portable. L'appareil est doté de ce qu'on appelle des "cristaux liquides", qui sont des matériaux transparents qui peuvent devenir opaques lorsqu'ils reçoivent un courant électrique.

Ces cristaux sont à l'intérieur de l'écran, qui possède les "pixels", composés des couleurs rouge, vert et bleu (la norme RVB). Chaque couleur prend normalement en charge 256 variations de tons. En faisant des comptes (2563), cela signifie que chaque pixel peut théoriquement former plus de 16,7 millions de couleurs.

Mais comment se forment les couleurs de ces cristaux liquides ? Eh bien, ils ont besoin de recevoir un courant électrique pour devenir opaques, et les transistors s'en chargent : chacun est responsable d'un pixel.

Au dos d'un écran LCD se trouve ce que l'on appelle le rétroéclairage, une lumière blanche qui fait briller l'écran. En termes simplifiés, pensez avec moi : si tous les transistors tirent du courant, les cristaux liquides deviennent opaques et empêchent le passage de la lumière (autrement dit, l'écran sera noir). Si rien n'est émis, l'écran sera blanc.

C'est là que le TFT entre en jeu. Dans les écrans LCD TFT, les millions de transistors, qui contrôlent chacun des pixels de la dalle, sont placés à l'intérieur de l'écran en déposant une très fine pellicule de matériaux microscopiques de quelques nanomètres ou micromètres d'épaisseur (une mèche de cheveux fait entre 60 et 120 micromètres d'épaisseur ). Eh bien, nous savons déjà ce qu'est le "film" présent dans l'acronyme TFT.

D'où vient le TN?

Vers la fin du siècle dernier, presque tous les panneaux LCD TFT utilisaient une technique appelée Twisted Nematic (TN) pour fonctionner. Son nom est dû au fait que, pour laisser passer la lumière à travers le pixel (c'est-à-dire pour former la couleur blanche), le cristal liquide est disposé dans une structure torsadée. Ce graphique rappelle ces illustrations d'ADN que vous avez vues au lycée :

Lorsque le transistor émet un courant électrique, la structure "s'effondre". Les cristaux liquides deviennent opaques et par conséquent le pixel devient noir, ou présente une couleur intermédiaire entre le blanc et le noir, selon l'énergie appliquée par le transistor. Regardez à nouveau l'image et notez la façon dont les cristaux liquides sont disposés : perpendiculairement au substrat.

Mais tout le monde savait que l'écran LCD basé sur TN avait certaines limites. Les couleurs n'étaient pas reproduites avec la même fidélité et il y avait des problèmes d'angle de vision : si vous n'étiez pas positionné exactement devant l'écran, vous pouviez voir des variations de couleurs. Plus vous vous éloignez de l'angle de 90° devant le moniteur, plus les couleurs sont mauvaises.

La différence avec les dalles IPS ?

Puis une idée leur vint : et si le cristal liquide n'avait pas à être disposé perpendiculairement ? C'est alors qu'ils ont créé la commutation dans le plan (IPS). Dans le panneau LCD basé sur IPS, les molécules de cristaux liquides sont disposées horizontalement, c'est-à-dire parallèlement au substrat. En d'autres termes, ils restent toujours sur le même plan ("In-Plane", compris ?). Un dessin de Sharp illustre cela :

Le cristal liquide étant toujours plus proche dans l'IPS, l'angle de vision finit par s'améliorer et la reproduction des couleurs est plus fidèle. L'inconvénient est que cette technologie est encore un peu plus chère à produire, et tous les fabricants ne sont pas prêts à dépenser plus pour une dalle IPS dans la production d'un smartphone plus basique, où l'important est de limiter les coûts au minimum.

Le point clé

En un mot, IPS n'est que cela : une manière différente d'arranger les molécules de cristaux liquides. Ce qui ne change pas par rapport au TN, ce sont les transistors, qui contrôlent les pixels : ils sont toujours organisés de la même manière, c'est-à-dire déposés en "couche mince". Cela n'a aucun sens de dire qu'un écran IPS est meilleur qu'un TFT : ce serait comme dire "Ubuntu est pire que Linux".

Ainsi, les écrans IPS que vous connaissez utilisent également la technologie TFT. En fait, TFT est une technique très large, qui est également utilisée dans les panneaux AMOLED. Le simple fait de savoir qu'une dalle est TFT n'est pas garant de sa qualité.

TechnoPause | Offres et avis
Logo
Activer l'enregistrement dans les paramètres - général
Panier